LE DE PROFUNDIS DE JEAN-MARC BERNARD

De profundis

 

Ces années de centenaire guerrier que nous remémorons et célébrons offrent de multiples résonnances. Voici le De profundis de Jean-Marc Bernard dans sa version française originale, et remarquablement traduit par Oldenbroke en anglais.

Jean-Marc Bernard appartenait à l’École fantaisiste. On constate à la lecture combien le qualificatif fantaisiste ne doit pas masquer la profondeur des auteurs, surtout dans les circonstances extrêmes. « Jean-Marc Bernard qui … fut anéanti par un obus, le 9 juillet 1915, à l’aurore, entre Souchez et le Cabaret rouge. » Je cite ici les informations transmises par Oldenbroke sur son blog.

Nous reprendrons ultérieurement l’exploration de la poésie française, en trouvant autant que possible son équivalent anglais.

Laissons-nous guider…

DE PROFUNDIS

 Capture

Cet article est dans la catégorie 2 La littérature s'interroge, Lettropolis transmet. Disponible sous permalien.

Un commentaire pour LE DE PROFUNDIS DE JEAN-MARC BERNARD

  1. Jean-Claude DEPREZ a écrit:

    Je vais lire ce De profondis, le 11 novembre à l’église de Lens, près de Souchez où Jean-Marc Bernard a été tué le 9 juillet 1915.
    Jean-Claude DEPREZ.
    Garde d’Honneur de Lorette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.