LE MARTYRE DU MARTYR

le-martyre-du-martyr

le-martyre-du-martyr

“C’est une image qui a de quoi briser les coeur de tous les amoureux de football, à travers la planète. Après un choc avec Joao Cancelo à la 10e minute de Valence – Barcelone, match comptant pour la 9e journée de Liga, Andrés Iniesta est ainsi resté au sol en se tenant le genou droit et en se tordant de douleur. Souffrant visiblement le martyr, le maître à jouer des Blaugranas a ensuite été évacué sur civière, et remplacé par Ivan Rakitic. Il faudra attendre les examens complémentaires pour connaître la durée de l’indisponibilité d’Iniesta, mais à voir le désarroi du joueur ce samedi, il y a de quoi être inquiet.”

Lu le 22 10 2016 et repris verbatim sur :

https://fr.sports.yahoo.com/news/liga-la-terrible-blessure-d-andres-iniesta-lors-de-valence-barcelone-150004503.html

Au coeur du martyre du martyr

Voici qui va nous briser les « cœur »… ou plutôt les cœurs (au pluriel, avec s, si l’on s’en tient à la formule du distingué commentateur, et encore mieux « le cœur ».

Nous avons ici la conjonction de deux règles du bon usage :

  • La première est l’utilisation de l’article au lieu de l’adjectif possessif pour éviter l’équivoque ou lorsque « le rapport de possession est assez nettement indiqué par le sens général de la phrase, notamment devant les noms désignant les parties du corps ou du vêtement, les facultés de l’âme, et dans certains expressions toutes faites d’un sens général [1]. »
  • Une fois que l’on a admis la première règle, on décline son esprit dans les principes de la possession distributive : « Lorsque chacun des possesseurs ne possède qu’un seul objet, on emploie le singulier si, dans l’ensemble des possesseurs, on envisage l’individu en général, le type, plutôt que la collection. [On emploie] le pluriel si on envisage la pluralité ou la variété du détail. [2]»

Oui, lorsque chacun des individus d’un groupe possède  le même objet non spécifiquement identifié, il faut laisser ce dernier au singulier.

Par exemple : Cette nouvelle nous a brisé le cœur.

Mais au pluriel, et pour des objets spécifiques, bien détaillés : Ces sauvageons leur ont volé les portefeuilles. OU : “Les agresseurs ont volé leurs portefeuilles.”

En fait, tout est simple. Il suffit de s’en tenir au génie de la langue (chacune a le sien)… jusqu’à ce qu’il devienne notre propriété intime. Grammaire, lecture des bons auteurs, dictées, écriture, relecture, correction des fautes, aide de ceux qui savent. Tout cela ressemble à la base qui manque à notre programme d’enseignement du français.

À moins que… tout s’explique. L’auteur de l’article a dû être troublé par la lecture du Cœur innombrable d’Anna de Noailles.

Ne nous gaussons point. Ce footballeur, nous dit-on, « souffrant visiblement le martyr » nous émeut. Il nous émouvrait davantage s’il souffrait le martyre, le vrai, celui qui décrit la violence, la douleur, le châtiment subis. Alors il en deviendrait un martyr, et s’il lui arrivait de changer de sexe, une martyre.

Souffrez, chers lecteurs, que notre martyre nous ramène au bon usage – moins photogénique, moins visible que celui de ce brave sportif – celui de la langue française, belle patûre si mal digérée par certains esprits animaux.

Oh ! Je sais maintenant quels vers de la bonne comtesse devraient rester en la mémoire de notre écrivain des stades.

Dieux gardiens des troupeaux qui tenez des houlettes
Rendez-nous l’innocence ancestrale des bêtes ;
Afin que nous ayons l’endurance des maux,
Donnez-nous la douceur des sobres animaux.
Faites que nous ayons dans nos peines insignes
L’isolement muet et le dédain des cygnes ;
Donnez-nous pour souffrir le destin hasardeux
L’indolence soumise et distraite des bœufs.[3]

 

[1] Grévisse Maurice, Le Bon Usage, Gembloux (Belgique), éditions Duculot, 1959, P. 348, art. 427 (a)
[2] Idem, p. 353, art. 431, 3°
[3] Noailles, Anna de, Le Cœur innombrable, « Les animaux ».

Cet article est dans la catégorie 2 La littérature s'interroge, Demain sans faute. Disponible sous permalien.

Un commentaire pour LE MARTYRE DU MARTYR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.